Buscar

Login

Asociación de Fabricantes Europeos de Suelos Laminados

De marché, marques et Mayençais Assemblées de membres de l’EPLF en mai 2012

elnf1205

Sur invitation de la société Selit Dämmtechnik, l’EPLF s’est retrouvée à Mayence fin mai à l’occasion de son Assemblée générale. La météo était au beau fixe, l’atmosphère parfaite avec les vignobles en toile de fond. C’est dans ce contexte qu’un nouveau comité directeur a été élu à Mayence : Ludger Schindler (MeisterWerke) a été confirmé à son poste de président du comité directeur, tandis que Max von Tippelskirch (Kronotex) a été nommé suppléant. Les deux responsables des groupes de travail de l’EPLF Dr. Theo Smet (Unilin) et Volkmar Halbe (Parador) ont eux aussi été reconduits dans leurs fonctions. Georg Kruse (WPT) assurera désormais le rôle de vérificateur aux comptes de l’EPLF.

 

Ludger Schindler, président de la Fédération a eu le grand plaisir à Mayence d’accueillir les nouvelles sociétés BASF Schweiz (Bâle) et Hueck Rheinische (Viersen). BASF est fournisseur de l’industrie des stratifiés sous la forme de résines et de vernis, tandis que la société Hueck Rheinische fournit des tôles embouties et des tampons pressés. A l'heure actuelle, l’EPLF regroupe ainsi plus 21 membres ordinaires et 28 membres extraordinaires. Les fabricants de revêtements de sols stratifiés font partie des membres ordinaires, leurs fournisseurs font partie des membres extraordinaires.

L’un des thèmes importants à l’ordre du jour de l’assemblée de la Fédération était la situation économique du secteur européen des revêtements de sols stratifiés qui connaît actuellement une évolution modérément positive. La crise européenne de la dette pèse sur les marchés et freine la croissance mondiale. Et pourtant, la situation reste stable sur le marché des stratifiés en Europe de l’Ouest, tandis que l’Europe de l’Est connaît une expansion plus notable. La Turquie fait partie des principaux marchés de croissance et la France présente elle aussi une évolution stable. Le marché nord-américain est avant tout desservi par les producteurs locaux sur place, et n’est par conséquent plus intéressant pour le marché d'exportation européen. Le marché asiatique est également couvert par les affaires de masse réalisées par les prestataires sur place, il existe toutefois de bonnes opportunités commerciales pour les producteurs européens dans le segment haut de gamme, en particulier en Chine. Le marché sud-américain se caractérise par un mouvement ascendant constant, le Chili et le Mexique en tête. « Les sociétés membres de l’EPLF sont présentes à travers le monde entier avec leurs propres sites de production, joint ventures ou bureaux de vente, » affirme Ludger Schindler. La part du marché mondial s’élève à près de 50%.

Conférence technique : coup de projecteur sur le Brésil

Les informations sur le marché figurent au cœur du programme de chaque assemblée des membres de l’EPLF. Cette fois-ci, c’était le Brésil qui était à l’honneur et Karl-Heinz Naumann, d’Eurolatina International, de Sao Paolo a réalisé une présentation à la fois très parlante et divertissante. Cet allemand qui vit et travaille au Brésil depuis trente ans a esquissé les opportunités et les risques associés à l'entrée sur ce gigantesque marché en soulignant qu’il fallait peser avec soin toute décision, qu’elle soit négative ou positive. En sa position de sixième économie mondiale avec l’augmentation constante du revenu par tête, le Brésil offre d’une part de formidables potentiels commerciaux, mais d’autre part, les sociétés souhaitant s’y installer sont confrontées à d’importants obstacles d’ordre bureaucratique et une infrastructure très insuffisante. « Qui fait le choix du Brésil, doit s’assurer le soutien de bons partenaires sur place, » affirme M. Naumann.

Tout aussi divertissant et pourtant d’un genre radicalement différent était la présentation du biologiste et behavioriste Patrick van Veen, qui a introduit les représentants de l’EPLF à l’ « art de se chercher des poux dans la tête ». En l’occurrence, il s’agissait en s’appuyant sur l’exemple des primates d'apprendre à comprendre pourquoi les processus humains se déroulaient de telle manière et pas autrement. « Disposer des connaissances correspondantes permet de réagir », a affirmé Monsieur van Veen en insistant sur le fait que cela valait autant pour les collaborateurs que pour les cadres dirigeants. Ce qui importait avant tout était de chercher à nouveau un terrain d’entente après un conflit – et pour reprendre l’image de nos cousins les singes, de perfectionner l’art de se chercher des poux dans la tête.

Groupe de travail : Corporate Social Responsibility

En marge des conférences très intéressantes et divertissantes, les groupes de travail de l’EPLF n’ont pas chômé lors de l’assemblée de Mayence. L’un des projets majeurs du groupe de travail Technique (AKT) de l’EPLF est la coopération active à l’échelle de l’Union européenne à la révision de la norme EN 14041. En l'occurrence, il s'agit d'intégrer des paramètres écologiques tels que les valeurs seuil pour les émissions de COV dans la norme et les rendre accessibles au consommateur final. Nous pouvons d’ailleurs nous féliciter qu’après huit années de travail intense au sein de l’EPLF et des organes de l’ISO en vue de l’élaboration de la norme ISO pour les revêtements de sols stratifiés, cette dernière sera bientôt adoptée. Le secteur international des revêtements de sols stratifiés dispose ainsi pour la première fois d’un standard valable à échelle internationale pour le contrôle et l’évaluation des revêtements de sols stratifiés. La grande nouveauté est la mise en place d’un groupe de travail consacré à la thématique « Responsabilité sociale d’entreprise » des fabricants de revêtements de sols stratifiés. « Le consommateur a des attentes de plus en plus précises et strictes dans ce domaine et nous avons tout intérêt à nous préparer dans les temps, » explique le Dr. Theo Smet, porte-parole du groupe de travail AKT.

Le groupe de travail Marchés et image (AKMI), quant à lui, s’est penché de manière intense à Mayence sur les thèmes « labels de plancher » et « tendances en matière d’emballage ». Catrin Krüger de l’initiative de défense des consommateurs « Verbraucherinitiative Berlin e.V. » a donné un aperçu des principaux sigles qualitatifs et environnementaux pour les planchers en soulignant qu'aux yeux du consommateur, la crédibilité d’un label était fortement liée à l’indépendance de l’institution qui les attribue. Andreas Prössl, consultant en entreprise originaire d’Aachen, a présenté un certain ombre d’approches très intéressantes pour emballer les revêtements de sols stratifiés de manière plus intelligente, en particulier eu égard aux aspects de praticité et de durabilité – des thèmes qui jouent d’ailleurs aussi un rôle dans la communication de la fédération en 2012. A l'occasion de l'assemblée, Volkmar Halbe, porte-parole du groupe de travail AKMI, a une nouvelle fois insisté sur la réussite du Woodflooring Summit organisé lors du salon Domotex 2012 et a annoncé que la Foire de Hanovre prévoyait d’ailleurs cet événement en 2014.

C’est avec bon nombre d’impressions et de suggestions que l’édition 2012 de l’assemblée de l’EPLF a pris fin à Mayence. Informations, affaires, mise en réseau – les sociétés membres exploitent les possibilités offertes par la fédération. Suite au prochain numéro : du 5 au 6 juin 2013 chez Kaindl à Salzburg.

Contacto Prensa

EPLF®
Verband der Europäischen Laminatfußbodenhersteller e.V.
Anne-Claude Martin
Encargada de prensa
pressateplf [dot] com

Rue Defacqz 52
1050 Ixelles
Tel. +32.(0)2.536.86.74

Leer más
Der neue EPLF-Vorstand (v.l.n.r.): Volkmar Halbe (Parador), Ludger Schindler (MeisterWerke), Max von Tippelskirch (Kronotex), Dr. Theo Smet (Unilin). (elnd1205_b1) Foto: Stehle
Leer más
descargar

Le nouveau comité directeur de l’EPLF (de gauche à droite) : Volkmar Halbe (Parador), Ludger Schindler (MeisterWerke), Max von Tippelskirch (Kronotex), Dr. Theo Smet (Unilin). (elnf1205_b1) Photo : Stehle

Ir hacia arriba